Ce samedi, au départ de Corps à 9h, avec une température de 7°, dix CTG avec une parité parfaite se retrouvent pour un parcours préparé par Bernard (« le grand » comme le dit Bob).

 

Pascal, tout nouveau au club, habitué à rouler seul ou avec son frère de Paris, est venu découvrir l’ambiance d’un club.

Bien couverts, nous plongeons dans la descente du Motty avec l’obligation de passer dans le village de Lesdiguières et son magnifique château (voir photo). http://fr.images.search.yahoo.com

 

La traversée du village du Noyer va de soit, mais en gardant la tête hors de l’eau ; nous changeons de rive à St Bonnet en Champsaur pour revenir sur Chauffayer puis, par de petites routes, nous rentrons dans la vallée du Valgaudemar.

 

Face à nous, le parc national des Ecrins et ce fameux Gioberney ; pique-nique au bord de la Severaisse, puis café à la Chapelle ; il nous reste 9 kms à parcourir avec une pente d’une moyenne de 10% et parfois à 15%, mais la beauté du site nous les fait vite oublier ; nous passons devant une cascade magnifique, nommée le voile de la mariée avant d’apercevoir au fond de la vallée, le refuge qui se dresse dans l’immense cirque du Vaccivier.

 

Au refuge, Pascal insiste pour arroser sa première sortie avec le CTG « merci » Pascal et bienvenu au club.

 

Après un si bon moment, nous tournons nos vélos à l’envers pour se laisser glisser et secouer nos fesses jusqu’à St Firmin.

 

Il nous reste le col des Festreaux et il laissera des souvenirs à nos muscles !

 

Le clocher de Corps sonne le 18 coups quand nous retrouvons nos voitures.

 

« Merci » dame nature de cette belle journée ! Pour les statistiques : 105 kms pour environ selon les outils de calcul, 2000m de dénivelés.

C’est le mercredi 20 août que le très beau séjour Queyras, Piemont, Mercantour, débute avec un rendez-vous chez Jules pour la plupart des participants. Nous nous retrouvons 22 CTG à Risoul (La Rua) sous une forte pluie à l’hôtel « la bonne auberge ».

 

Jeudi 21 août, notre périple commence sous un beau soleil ; après avoir parcouru la vallée du Guil, nous faisons l’ascension du col Agnel, un des plus hauts cols routier d’Europe 2744 mètres ; certains collectionneurs de cols n’ont pas hésité à rajouter un petit col supplémentaire ! le col vieux d’Agnel (goudron inexistant bien sûr !)

 

Heureusement une belle et longue descente sur le versant italien nous permet de bien récupérer jusqu’à Sampeyre ; après 81 kms et 2068 mètres nous en avons plein les guibolles mais le paysage était tellement beau que nous oublions vite nos douleurs ; à l’hôtel Monte Nebin nous reprenons vite du tonus avec un très bon menu (normal ! c’est l’Italie) accompagné de bons vins.

 

Vendredi 22 août, deuxième jour ; nos mollets sont endoloris mais la volonté est toujours là ; une piste est au programme par la route des canons entre le col Ciabra et le colle Birrone ; nous sommes trois, Nicole, René et moi à prendre le fourgon pour Pagliero Chiesa ; nous laissons René pour aller à la rencontre de nos amis à Chesta, petit village très typique par ses maisons de pierres et ses toits de lauzes mais sans âme qui vit. Tous réunis, nous gagnons Acceglio pour y passer la nuit.

 

Samedi 23 août, encore une belle journée avec une succession de cols italiens : Esischie 2366 m, Vallonetto 2438 m, Dei Morti 2481 m où se dresse la magnifique stèle de Marco Pantani http://www.geolocation.ws/v/P/2905331/statue-de-marco-pantani-colle-dei-morti/en,le Valcavera 2429 m ; paysage grandiose ! Pour y parvenir, nous avons emprunté une petite route parsemée de « coups de cul » comme on aime ! Nous avons aussi doublé (et oui, ça nous arrive !)de nombreux mulets  de toutes tailles. Nous dormons à Beguda après 72 kms et 1638 m de dénivelé.

Dimanche 24 août : nous revenons en France à Jausiers, dans la vallée de l’Ubaye chère à Pierre Arnaud en passant par le col de Larche (1991 m).

Lundi 25 août : Joëlle et Daniel nous quittent pour regagner Grenoble mais auparavant ils doivent franchir le col de Vars pour retrouver leur véhicule resté à Risoul (La Rua).

 

Pour le reste du groupe, nous devons franchir le col de la Cayolle (2345m) ; certains nous ont promis des marmottes sur notre passage ; elles étaient probablement en vacances……ou elles faisaient une sieste dans leur terrier car nous n’en n’avons pas vues une ; la montée à Valberg par Péone nous   conduira à 1,7km de Beuil ; 92 kms 2100 m de dénivelé ; très belle journée, très chaude et ensoleillée.

 

Mardi 26 août : journée de repos libre ; chacun fait son programme : monter à pieds à Valberg pour y faire un peu de shopping, reprendre son vélo pour faire le col col d’Espaul (1748m), la Couillole (1678 m) ou chasser quelques cols muletiers supplémentaires comme Gérard, Paul, Roland, Pierre et Jules.

[Voir tout à la fin  le diaporama de la sortie de Roland avec Paul et Gérard autour de Valberg ce 26 août]

Une très bonne journée où dans l’après-midi, quatre gouttes de pluie se sont invitées.

Nous ne garderons pas un bon souvenir du gîte car les patrons n’ont pas été très commerçants.

 

Mercredi 27 août : « étape facile » dit Daniel l’investigateur des parcours ! 45 kms et 1000m de dénivelé ; dans la descente nous avons pu admirer les gorges du Cians en prenant l’ancienne route à l’entrée des tunnels ; nous avons ensuite gravi les 12 kms d’ascension du col de la Sinne( 1440 m).

Notre ami Roland prendra le col par l’autre face car le matin il avait conduit le fourgon de Beuil à St Sauveur sur Tinée. Avant de nous rejoindre, il a dû changer son pneu qu’il avait probablement coupé la veille sur les chemins muletiers.

Nous trouverons un très bon accueil et un bon repas au relais d’Auron. La promenade dans les petites ruelles étroites de ce petit village était très agréable.

 

Jeudi 28 août : il est très difficile de décrire cette journée ; comment imaginer après avoir passé sept bonnes journées en groupe, et au matin du huitième jour à 7h30, trouver un de nous inanimé dans son lit ; Roland, nous ne t’oublierons pas, tu es parti aussi discrètement que tu l’étais avec nous.

Pour lui, nous continuerons le parcours par le col de la Moutière (2430m) et environ 3kms de piste pour gagner le faux col de Restefond (2650m). Une fois le goudron retrouvé, il était obligatoire de monter sur la route la plus haute d’Europe à la Bonette (2802m). Nous avons même poussé un peu plus loin, à la cime et à pieds à la table d’orientation où l’on pouvait se croire sur le toit du monde.

La descente à Jausiers, un vrai bonheur !

 

Vendredi 29 août : dernière étape ; départ de Jausiers à 8h45, petit arrêt à la Condamine pour les gourmands dans une pâtisserie recommandée par Pierre ; ce dernier a monté le fourgon jusqu’au col pour redescendre en vélo retrouver sa famille et sa si belle région.

Une fois le col atteint avec ses 2110 m, nous descendons à Guillestre et nous remontons sur Risoul (La Rua) pour retrouver la remorque et les voitures.

Nous pique-niquerons à l’hôtel « la bonne auberge »avec une bonne bière.

Le retour se fera par le col du Lautaret (vélos sur la remorque bien sûr !) avec arrêt à Villar d’arêne où nous trouvons Marie Dominique en compagnie de sa Maman, de Cloclo et Dan.

Pour les accros du compteur : environ 600kms pour 13800m de dénivelé.

Merci Daniel pour tes beaux parcours ; et l’an prochain ? toujours plus beau, toujours plus haut ?

Information du Codep 38 . Ouverture de la rive droite des berges de l'Isére.

Cliquer sur télécharger les pièces jointes,  Actualités coupures Rive gauche

  Marie, Fay ,Nicole, Jacques et moi même Fernand vous remercient de votre passage à Villard Reymond.

  Je laisse le soin à Jacques de compléter mon message.

  Fernand.

 

Le col de Solude est sans aucun doute la variante la plus atypique du BRO : elle emprunte un itinéraire inconnu des cyclos non locaux, passe par une piste d'une dizaine de km suffisamment roulante pour les beaux vélos d'aujourd'hui mais non revêtue, et par 3 tunnels d'ordinaire non éclairés que nous équipons pour l'occasion de quelques lampes et d'un groupe électrogène ; et enfin, par ses 109km et ses 2000m de dénivelée positive elle s'adresse à des cyclos avec un minimum d'entrainement.

Au final, relativement peu d'aventuriers ont choisi ce parcours, mais leur bonne humeur, leurs yeux ravis, et leurs commentaires élogieux sur la beauté du site et la qualité de l'organisation et des ravitos, montraient leur bonheur et leur certitude d'avoir fait le bon choix.

Pour nous ce fut une matinée tranquille mais riche en échanges intéressants, avec des gens heureux d'être là avec nous, à parler de vélos et de l'Oisans.

Un grand merci à Nicole et Fernand pour la qualité de l'organisation de leur ravito, auquel nous n'avons apporté qu'un modeste concours, et pour la super matinée que nous avons passée ensemble.

Jacques.

Les bons réflexes à vélo

Par Jean-Michel Richefort, Directeur Technique National

 

 

Un vélo bien équipé

Ce qui est obligatoire (de jour et de nuit) :

  • une sonnette dont le son doit être audible à 40 mètres,
  • deux freins en parfait état de fonctionnement,
  • des catadioptres : 
    - latéraux : orange, 
    - avant : blanc,
    - sur les pédales : orange,
    - arrière : rouge.

Ce qui est obligatoire (de nuit ou de jour par mauvaise visibilité) :

  • un éclairage avant émettant une lumière jaune ou blanche,
  • un feu rouge fixe à l’arrière.

Ce qui est conseillé :

  • un rétroviseur placé sur le guidon,
  • un antivol.

Conseil : vérifier l’état de son vélo avant l’utilisation : les pneus sont-ils bien gonflés? La selle et le guidon sont-ils bien serrés? Les roues sont-elles bien bloquées ?

 

Un bon comportement

  • Bien se positionner sur la chaussée : 
    - Rouler à droite et à environ 1 m des voitures et/ou du trottoir,
    - Ne pas zigzaguer entre les voitures,
    - Ne pas circuler sur les trottoirs. Seuls les enfants de moins de 8 ans y sont autorisés,
    - Utiliser les bandes et pistes cyclables lorsqu’elles existent,
    - Aux intersections, se placer en avant des véhicules afin d’être vu.
  • Indiquer un changement de direction :
    - En tendant le bras.
  • Maîtriser sa vitesse :
    - En descente et à l‘approche d’un feu tricolore ou d’un stop. 
  • Garder ses distances :
    - 1 m au moins par rapport aux autres véhicules et 1 vélo avec celui qui vous précède.
  • Anticiper sur les éventuels dangers :
    - Ouverture de portière, traversée des piétons, véhicule changeant de file.

Conseil : je m’arrête au Stop, aux feux jaune et rouge fixe et clignotant. J’utilise le “sas cycliste” lorsqu’il existe.

 

Éviter les angles morts

L’angle mort est une zone inaccessible au champ de vision du conducteur. Il est proportionnel à la hauteur et à la longueur du véhicule.

  • Rester donc vigilant à l’approche des poids-lourds, des bus, des camionnettes… (2 mètres minimum),
  • Aux carrefours à feux, se placer en avant de la cabine du camion (2 m minimum),
  • À une intersection ou un giratoire, ne jamais se positionner à droite d’un poids lourd, d’un bus ou d’une camionnette, ni en dehors du champ de vision du conducteur.

Conseil : garder ses distances, 2 mètres minimum, notamment à l’arrêt.

 

Les giratoires

  • Rester à droite dès lors qu’il n’existe pas de bandes cyclables,
  • Signaler par le geste la trajectoire ou la sortie qui sera empruntée,
  • Regarder les autres conducteurs afin d’être sûr d’être vu.

Conseil : surveiller attentivement les automobilistes devant et derrière pour éviter d’être coincé par un véhicule quittant le giratoire.

 

Les voies cyclables

  • Qu’est-ce qu’une piste cyclable ?
    C’est une voie réservée aux cyclistes et séparée du reste de la chaussée. Elle peut être obligatoire ou facultative en fonction de la signalisation.
  • Qu’est-ce qu’une bande cyclable ?
    C’est une voie située sur une chaussée à plusieurs voies de circulation et exclusivement réservée aux cyclistes. Elle permet d’être mieux identifiée à sa place dans le flot de la circulation.
  • Qu’est-ce qu’une voie verte ?
    C’est une route exclusivement réservée à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons et des cavaliers (sauf si exclusion par arrêté spécifique).

Conseil : maîtriser sa vitesse, être vigilant, respecter toujours le sens de circulation et rouler sur une seule file, si besoin.

 

Bien s’équiper

  • Porter des vêtements clairs,
  • Éviter écharpes trop longues, sac en bandoulière,
  • Ne pas écouter son lecteur audio en roulant, ni utiliser son téléphone portable,
  • Porter des chaussures à semelles antidérapantes et des gants cyclistes,
  • Utiliser un gilet rétro-réfléchissant de nuit ou par temps gris.

Le décret (n°2008-754 30/07/2008) précise qu’un cycliste circulant la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, doit porter, hors agglomération, un gilet de haute visibilité.

Conseil : porter un casque. Il n’est pas obligatoire mais vivement recommandé il réduit la gravité des blessures à la tête lors d’une chute. Il devra être bien positionné

 

Rouler en groupe

  • Rouler à deux de front est autorisé, mais le passage en simple file s’impose :
    - à la tombée de la nuit ou par manque de visibilité,
    - lorsqu’un véhicule voulant dépasser annonce son approche.
  • Au Stop, au feu jaune, au feu rouge fixe ou clignotant, marquer un arrêt absolu par l’ensemble du groupe,
  • Appliquer et faire pratiquer le verbal et la gestuelle. Il suffit d’un simple geste, d’une parole pour qu’une chute ou un accident soit évité. C’est le rôle du premier ou dernier du groupe.

Conseil : en cas de panne ou d’arrêt, se placer sur le bas côté de la chaussée et non sur la route.

 

Six bonus pour partir en randonnée

  • Bien étudier son parcours. Appréhender les difficultés et la distance du trajet choisi,
  • Éviter de partir seul et se munir d’une fiche portant ses coordonnées,
  • Ne pas jeter dans la nature les emballages et autres objets devenus inutiles,
  • Respecter les propriétés privées,
  • S’arrêter et stationner toujours hors de la chaussée, en utilisant le bas côté de la route,
  • S’informer des conditions météo et prévenir son entourage de son itinéraire.

 

C’est devenu une tradition au C.T.G , Bernard a préparé avec soins deux séjours pour l’ascension.

Où ? En Franche Comté pour le premier et au Sundgau (extrême sud de l’Alsace) pour le second.

Le premier séjour a donc lieu à Villers le lac, cité horlogère qui est proche de Morteau célèbre par sa véritable saucisse au bon goût fumé et aussi par son musée de l'horlogerie que nous avons pu visiter au château de Pertusier chef-d’œuvre de la Renaissance.

La chaleur et le grand beau temps n’ont pas été présents mais assez cléments pour nous permettre de rouler trois jours sur quatre.

Le col de la Vue des Alpes , le saut du Doubs (http://fr.wikipedia.org/wiki/Saut_du_Doubs ), Montbenoît, la Chaux de fond, Morteau, le cirque de la consolation dont le monastère a des allures de Grande Chartreuse, sont les points forts de cette partie de séjour.

Pour le deuxième séjour, quelques C.T.G. peuvent rejoindre Lucelle en Vélo.

Lucelle, un des plus petits villages de France entouré par la frontière suisse où uniquement une route privée permet de ne pas dépasser la frontière et de rester en France.

C’est dans cette magnifique Abbaye Maison St Bernard devenu un centre de rencontre européen, que nous passerons quatre nuits. (www.cerl-lucelle.fr).

Son chanoine Charles Diss ou Charles X (http://www.ami-hebdo.com/a-lucelle-la-citoyennete-est-mise-en-lumiere ) responsable de ce centre nous recevra avec un humour et des histoires que nous n’oublierons pas.

Comme par magie ou que sais-je ? p’t être bien par miracle, la météo qui n’était pas optimiste pour le restant de la semaine, s’est remise au beau et le restera jusqu’à la fin de la semaine.

Nous traverserons d’immenses prairies fleuries où nous pourrons admirer de splendides chevaux aux allures fougueuses, des vaches très curieuses de notre passage, et de grandes fermes modernes  d’une propreté irréprochable. D’ailleurs, tout au long de nos périples, nous croisons plus de tracteurs que de voitures.

La première journée pour découvrir le Sundgau, nous permettra de rouler de Pfetterhouse à Dannemarie sur une piste cyclable où nous découvrons des nids de cigognes hauts perchés ; nous continuerons notre parcours le long d’un canal.

Vendredi : notre parcours nous emmène au village de Saint-Ursanne où le Doubs coule à ses pieds et passe sous le pont où trône la statue de St-Jean de Népomucène. Nous enchainons par le col de Montvoie (non reconnu par les 100 cols) puis par le col de la Croix qui sera le point fort du jour.

Samedi : nous attaquons avec une petite route très raide ;   c’est la journée où le dénivelé sera le plus important avec le col de Schellenpass (1051m) et le col de Passwang (943m).

Au diner, nous avons été récompensés de nos efforts par une carpe frite (http://www.sundgau-sudalsace.fr/restauration/route-carpe-frite.htm ) négociée par Jean Pierre L accompagnée d’un bon vin d’Alsace ce qui nous a permis de clore cette semaine dans une ambiance très chaleureuse.

Merci Bernard et où allons nous l’an prochain ?.......

 

Le 8 mai nous faisions le rallye des Ducs de Savoie et nous côtoyions le lac du Bourget, aujourd’hui dimanche 18 mai, la sortie démarre de Yenne et notre parcours s’intitule « autour du Rhône » ; petit à petit, les voitures arrivent et nous voici un bon groupe de C.T.G.

Nous débutons et déjà à *« Théou », nous implorons notre chef de file de cette sortie, Daniel ; il n’est pas là car il a pris froid lors de la semaine sacoches ; mais nous alors ! Sans lui, on * « passou » ?

Heureusement, Monsieur G.P.S piloté par Maurice, nous guide et à plusieurs reprises nous permet de continuer le circuit sans trop de difficultés.

18 C.T.G. dont 5 féminines passent à * « Traize » ; le groupe des roues cool nous abandonne dans la montée du col du Mont Tournier ; nous les retrouvons dans la descente pour poursuivre notre route jusqu’à la via rhona ; nous nous séparons à nouveau et notre groupe continue jusqu’à Peyrieu où Hervé repère pour notre pique-nique, un jardin public plein de charme.

Bien repus, nous attaquons le col de Premezel ; dure, dure cette montée et pas le temps de faire un *« tarod »

Nous sillonnons sur des petites routes où les voitures semblent bannies ; nous traversons des villages aux belles maisons de pierres, de grands espaces verts tondus de près non bordés de murs de béton.

Après maints contours, une autre montée nous attend, celle de Parves ; pas facile cette dernière ! Nous sommes heureux d’arriver au sommet  et d’amorcer la descente sur Yenne.

Au compteur, 80 kms et 1600m de dénivelé sous une journée très ensoleillée et un thermomètre qui est monté jusqu’à 31°.

Nous laissons sur place, 4 C.T.G dotés de campings cars qui projettent d’affronter demain, le grand Colombier.

*lieux dits ou villages

Nicole

 

Photos Nicole Fernand

 

C’est après quinze jours de vacances, et enfin un beau soleil, que l’école cyclo reprend son activité.

Ce samedi après-midi, Coralie Max Elerig Loïc sont présents pour suivre Olivier qui nous guidera sur un agréable parcours qui longe au plus près la montagne du Vercors, direction le nord.

Pour le retour, il choisira de nous faire toucher le rocher de la Chartreuse direction le sud. De ce fait nous évitons au maximum la piste cyclable le long du Drac et de l’Isère.

Nous passerons à Seyssinet, Fontaine, Sassenage, Noyarey, Veurey, Voreppe, St Egrève et Grenoble.

A l’arrivée ils sont tous heureux de montrer leur compteur qui affiche 43km pour 150m. A noter que Max et Loïc roulent sur un VTT.

Une bonne préparation pour samedi prochain pour la Coublevitaine ou ils se rendront. Il faut ajouter aussi, un respect irréprochable pour le code de la route.

C’est du parc des expositions, que 823 participants (19 marcheurs) prendront le départ en ce 8 mai 2014 pour la rando des Ducs de Savoie, organisée par le CT Chambériens http://lescycloschamberiens.free.fr/

Cinq parcours de 25 km à 105km sont proposés. Pour nous le CTG, nous sommes 28 au départ. Comme à son habitude, nos 7 dames remportent la coupe du nombre. Nous ne pouvons que nous incliner, et les féliciter.

Le parcours magnifique se situera contre la montagne de la dent du chat, à l’ouest du lac du Bourget, avec bien sûr au menu sur le retour le col du chat.

La montée du matin malgré un soleil pâle au dessus du lac est splendide. Le premier ravitaillement au belvédère D’Hautecombe surplombant l’abbaye du même nom ( http://www.savoie-mont-blanc.com/Magazine/Visites-et-decouverte/A-visiter/Une-visite-a-l-abbaye-d-Hautecombe )

nous offre un panorama inoubliable. Nous continuerons le long du canal de Savières, pour arriver à Chanaz. C’est ensuite une bonne montée direction Jongieux ou nous traversons le vignoble réputé pour ses cépages (la JACQUERE, le CHARDONNAY, l’ATESSE, le MALVOISE). Courageux de ne pas avoir stoppé nos machines pour déguster ces bons vins, nous arriverons à St Paul sur Yenne pour le deuxième ravitaillement.

Il nous restera pour le parcours de 85km à gravir le col du chat, pour redescendre sur Bourdeau avec cette vue sur le Bourget qui nous oblige à freiner pour que le plaisir dure.

Arrivés à Chambéry un plateau repas nous attend, avec une tombola et un verre souvenir pour cette belle journée.

Merci au CT CHAMBERIENS et ses bénévoles pour cette belle organisation ce beau parcours très bien fléché et l’accueil chaleureux.

Vive La Savoie.

 

photos de Fernand et Jean-Paul

Qu’il est agréable aussi de rouler un après-midi, avec l’école cyclo du CTG.

Il est 13h : Heure idéale pour traverser Grenoble avec nos jeunes <<Amélie : Coralie : Elerig : Loïc >> présents pour cette sortie.

Olivier, guide le groupe pour rejoindre la piste cyclable le long du Drac, pour nous rendre à Varces.

Nous roulerons un long moment sur une piste boueuse proche de Comboire face au champ de tir militaire. Elle n’est pas faite pour Elerig et moi avec nos vélos route.

Coralie se régale de passer dans les flaques, Amélie passe d’un chemin à l’autre, Loïc attentif, est à son aise. Pour Olivier le responsable il est aux anges, il reste nous deux (Elerig et moi) avec nos vélos route un peu moins rassuré.

Le goudron sera bien accueilli à la hauteur de Claix, nous gagnerons Varces, pour rentrer sur une piste non boueuse le long de la GRESSE pour la photo souvenir face au pont LESDIGUIERES.

Il ne restera qu’à se laisser glisser avec beaucoup d’attention, le long du cours St André pour gagner l’arrivée.

Elerig, enlèvera précieusement son compteur qui lui affiche 29km. Merci les jeunes pour cette belle après-midi, bonnes vacances et à plus !

DébutPrécédent123456789SuivantFin
Page 1 sur 9